MGC Sebring 1969

Son moteur 4 cylindres était agréable et coupleux mais pas exactement un foudre de guerre, elle subissait par ailleurs une rude concurrence de la part des Triumph TR4 et des toutefois plus chères Alfa Romeo Giulietta Super Spyder. La solution naturelle fut donc d’y greffer un nouveau moteur. Bien que MG était concentré sur les blocs 4 cylindres depuis 1945, le constructeur avait délivré plusieurs modèles 6 cylindres avant la guerre dont la MG Super Six de 1928. Finalement c’est en 1966 que le groupe BMC demande à l’usine MG de modifier une B pour lui permettre d’accueillir un 6 cylindres. Ce nouveau modèle est appelé à remplacer la dernière itération MK3 de l’Austin Healey, il s’agira de la MGC.

BMC cherche alors à promouvoir son nouveau modèle à travers les courses d’endurance, le constructeur a précisément des vues sur les 12 heures de Sebring, une course automobile d'une durée de 12 heures qui se déroule chaque année au mois de mars sur le Sebring International Raceway à Sebring, en Floride. Inquiets d’avoir des performances en deça de ses concurrents de classe, BMC chercha à en réduire le poids. C’est à cette occasion qu’un kit de carrosserie en aluminium fut confectionné sur mesure pour la MGC. L’exemplaire de Normandie Moteur Club possède toutefois une réplique de ces kits en fibre de verre.

La MGC sera produite à 8999 exemplaires pendant 2 années, entre octobre 1967 et Septembre 1969, soit 4542 cabriolets et 4457 coupés. L’atout majeur de la MGC reste son moteur 2,9L à 150 ch, digne descendant de la big Healey: coupleux et inépuisable à 130 km/h grâce à son overdrive. Elle fait entendre une sonorité différente de la mélopée grave du 4 cylindres de la B, plus pleine.